Pratique du renseignement

Pratique du renseignement

Les pratiques du renseignement sur les webs initial, social et sémantique.

Bien que, à l’origine largement financé par les forces armées américaines (Sterling, 1993), les agences de renseignement ont mis beaucoup de temps à prendre en compte internet et surtout le web comme source d’information légitime.

A titre d’exemple, même si les premières informations sur le web furent disponibles à partir de 1992 et de nombreuses unités militaires américaines disposèrent de sites internet, le premier centre américain dédié au recueil sur sources ouvertes (dont internet) fut mis en oeuvre seulement en 2005. Il a fallu pour cela, entre autres causes, la surprise stratégique des attentats du World Trade Center en 2001 et la recommandation n°30 du rapport de la commission d’enquête qui mentionne la création d’une agence nationale d’exploitation des sources ouvertes (Zelikow, 2011). Le recours systématisé aux sources ouvertes était jusque là freiné par le manque d’intérêt des services de renseignement pour des informations librement accessibles et la valeur supérieure attribuée à des éléments recueillis par des capteurs confidentiels basée le coût supérieur d’acquisition qui s’agisse d’un coût humain, financier, ou en terme de risques (Shauer, Storger, 2011). Cependant, malgré l’absence initiale de structures officielles, le web en tant qu’une des parties les plus visibles et accessibles d’internet, représente une telle source de données, d’informations et de renseignements que les services s’en sont servis dès sa mise au point. C’est le coeur de sujet du renseignement de sources ouvertes (OSINT) qui depuis une dizaine d’années, tout en prônant une prise en compte globale de l’ensemble des vecteurs libres d’accès, se concentre sur l’exploitation d’internet.

Le renseignement n’est pas une fin en soi, le renseignement sert à avoir une « capacité autonome […] d’appréciation », et doit « appuyer l’engagement des forces » (CICDE, ibid). Les webs quant à eux renforcent toutes les fonctions essentielles à la conduite des opérations : le commandement, le contrôle, la communication, l’informatique, le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (C4ISR). Les pratiques du renseignement appliquées aux webs vont au-delà du simple recueil, au-delà de la surveillance. Par exemple, sur les forums ou les réseaux sociaux l’OSINT se teinte de pratique de gestion de sources humaines. Le web devient même un théâtre d’opérations sur lequel sont menées des actions sur l’information et des actions de communication réunies sous le concept de guerre de l’information ou plus diplomatiquement dit, actions sur les perceptions et l’environnement.

A propos de Fanch FRANCIS

Doctorant en Sciences de l'information et de la communication appliquées, Mr FRANCIS Fanch est le fondateur de OAK Branch.

Partager cet article